SALAM LAM SUR L'ABSENCE DE SADIO MANE, KARA MBODJI ET ISMAILA SARR : "Aliou Cissé a appris à compter sur tout le monde''

SALAM LAM SUR L'ABSENCE DE SADIO MANE, KARA MBODJI ET ISMAILA SARR : "Aliou Cissé a appris à compter sur tout le monde''

Enqueteplus Le 2017-10-12  Source

Pour la double confrontation contre l'Afrique du Sud (les 10 et 14 novembre 2017) comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde, Russie 2018, Aliou Cissé sera privé de Sadio Mané, Ismaïla Sarr et Kara Mbodji (suspendu pour un match). Mais le directeur du Centre de détection des jeunes talents de Fatick, Salam Lam, estime que le coach peut compter sur l'interchangeabilité de ses joueurs.

La liste des indisponibilités dans l'équipe sénégalaise s'est allongée hier, avec l'annonce de celle de Sadio Mané. Liverpool a informé que son attaquant sera éloigné des terrains pendant six mois à cause d'une blessure aux adducteurs. Le joueur des Reds manquera la double confrontation contre l'Afrique du Sud, au mois de novembre, pour le compte des éliminatoires du Mondial 2018, de même qu'Ismaïla Sarr.

Le sociétaire du Stade Rennais, opéré de la malléole après un tacle du Stéphanois Théophile-Catherine lors du match à Saint-Etienne (le 24 septembre dernier), sera indisponible pour trois mois. Pour sa part, Kara Mbodji, ayant cumulé deux cartons jaunes lors des matches retour contre le Burkina et le Cap-Vert, manquera la rencontre face à l'Afrique du Sud (match aller à rejouer), le 10 novembre. L'absence de ces trois éléments importants dans le dispositif d'Aliou Cissé devrait-elle poser des soucis au staff technique pour les prochains matches' Le directeur du centre de détection des jeunes talents de Fatick, Salam Lam, analyse la situation dans un entretien avec EnQuête.

"Il y a toujours un petit péril''

Pour la double confrontation contre l'Afrique du Sud, au mois de novembre prochain, Aliou Cissé aura besoin de tirer le meilleur parti de ses éléments disponibles afin de valider le ticket qualificatif pour Russie 2018. Cependant, selon Salam Lam, la force de l'équipe risque d'en prendre un coup avec l'absence de ces trois joueurs. Ismaïla Sarr, Sadio Mané surtout, dit-il, "font maintenant partie des leaders offensifs'' et Kara Mbodji "se présente actuellement comme un tour de contrôle avec Koulibaly''. Ainsi, l'ancien coach de l'Union sportive de Ouakam (Uso) estime-t-il "qu'il y a toujours un petit péril'' en perdant trois titulaires, notamment dans le contexte actuel où l'équipe "n'a pas encore assuré la qualification''.

"On peut valablement faire confiance au banc''

Malgré la place de choix qu'occupent ces joueurs dans la sélection, le technicien pense qu'il n'y a pas lieu de s'alarmer. Car d'une part, le Sénégal dispose "d'une abondance de très bons joueurs'' qui justifie que les entraîneurs rêvent de coacher une équipe comme la nôtre. "La qualité de notre effectif réside sur le fait que nous avons des éléments interchangeables''. Pour lui, même si l'absence de Mané, Kara et Sarr est "regrettable, cela doit constituer également une aubaine pour les éléments du banc qui devraient "saisir leur chance''. "A travers les matches passés, nous avons vu souvent que la solution est venue du banc. Valablement, on peut leur faire confiance.''

D'autre part, soutient Salam Lam, le sélectionneur devrait avoir en mains les clés pour apporter la solution de rechange en pareil cas. Durant son vécu sur le banc de l'équipe, il a jugé que Aliou Cissé "a appris à compter sur tout le monde''. En plus, "il y a une bonne gestion du groupe jusque-là''. "L'interchangeabilité de ses joueurs'', c'est en cela qu'on reconnaît une grande équipe, croit-il. Ainsi, prévient le technicien, cette double confrontation contre les Bafana Bafana, c'est l'occasion pour le Sénégal de "prouver'' qu'il a une grande équipe.

Salam Lam est plutôt optimiste pour la qualification du Sénégal au prochain Mondial de football. Sur deux matches à jouer, les Lions n'ont besoin que de trois points pour être du voyage en Russie. "Si nous n'y arrivons pas sans ces trois absents, ce n'est pas la peine d'aller à la Coupe du monde'', a-t-il conclu.

LOUIS GEORGES DIATTA

→ Lire l'article au complet sur Enqueteplus



Nous vous recommandons