Alexander-Arnold, Red dingue

Buteur lors du barrage aller de la C1 à Hoffenheim, Trent Alexander-Arnold, 18 ans, est la nouvelle perle des Reds. Rejoindre l'équipe pro de son club de c...ur ? Mission accomplie. Maintenant, le jeune Scouser bûche pour accomplir son deuxième rêve : porter un jour le brassard de capitaine de Liverpool. Rien que ça.

Trois pas d'élan, une frappe enroulée qui coiffe le mur et retombe posément devant la base du poteau. Comme cela. Voilà la douceur qui a permis à Liverpool de s'ouvrir la voie du succès sur la pelouse d'Hoffenheim, la semaine dernière, en barrage aller de la Ligue des champions. L'auteur de ce coup franc limpide ne s'appelle pas Emre Can ou Jordan Henderson, mais Trent Alexander-Arnold. Dix-huit ans et déjà l'assurance d'un champion. Même si ce soir-là, le reste de la copie n'est pas parfaite, Jürgen Klopp a apprécié la prestation de son arrière droit. « Un joueur de dix-huit ans qui a les couilles de tirer un coup de pied arrêté de cette manière, c'est bien plus excitant et intéressant que de m'attarder sur les petites erreurs qu'il a faites », lâchait le coach à l'issue de la victoire 2-1 des Reds.

Le 28 novembre 1998 résonne dans l'esprit des fans de Liverpool comme la toute première cape de Steven Gerrard à Anfield. Un mois et demi plus tôt, le 7 octobre, naissait Trent Alexander-Arnold. Un bon début. Gamin, le natif de Liverpool grandit à deux pas de Melwood, le centre d'entraînement de LFC. « J'avais l'habitude de regarder passer les voitures des joueurs. Je les regardais s'entraîner en plissant les yeux entre les fentes du mur du centre d'entraînement », rembobinait récemment le jeune Scouser dans une interview au . Qu'importe s'il a l'occasion de s'entraîner avec Everton, et que son oncle John travaille comme secrétaire à Manchester United, Trent a le c...ur rouge : « J'ai toujours su que je voulais jouer pour Liverpool. » Qu'il intègre à l'âge de six ans.

Ian Barrigan, qui l'a connu à ses débuts à l'académie, se souvient d'un joueur « malin, élancé et robuste, rapide, qui faisait déjà des choses incroyables balle au pied. (...) C'était juste un bon petit gars. Bien élevé et qui travaillait dur », explique le coach dans les colonnes du Liverpool Echo. Trent Alexander-Arnold gravit les échelons jusqu'à devenir capitaine des équipes U16 et U18 de Pool. Avec, toujours, l'ambition de porter le brassard de l'équipe première à Anfield. « Mon rêve, c'est de prendre le capitanat de Liverpool. Il y aura des étapes à franchir, mais tant que je ne serai pas capitaine de Liverpool, je ne serai pas satisfait. »

Rentré doucement dans le bain de la Premier League la saison passée (162 minutes en sept apparitions) et régulièrement encensé par Jürgen Klopp, celui qui s'affirme déjà comme un arrière droit complet - capable aussi d'évoluer en tant que milieu axial -, profite actuellement de la blessure de Nathaniel Clyne pour grappiller du temps de jeu. Trent Alexander-Arnold est-il voué à marcher sur les traces de ses idoles de jeunesse que sont Steven Gerrard ou encore Jamie Carragher ? Pourquoi pas. Dans la foulée du coup franc planté par le jeune espoir à Hoffenheim, Carra' postait sur Twitter un cliché datant de 2009 de lui accompagné du jeune Trent avant un match à Leeds. Une photo qui allait devenir virale, même si, comme le révéla plus tard le , en réalité, il ne s'agissait pas de la bouille de Trent Alexander-Arnold, mais de Dion Simpson, un ancien pensionnaire de l'académie des Reds. Reste qu'avec ce coup franc, Trent Alexander-Arnold peut se dire qu'il n'a pas zappé l'Euro U19 remporté par l'Angleterre pour rien.

→ Lire l'article au complet sur Msn



Nous vous recommandons