Abdoulaye Elimane Kane "tourne le dos" à TanorKhalifa Sall doit obtenir une liberté provisoiré
Le professeur Abdoulaye Elimane Kane brise le silence et explique pourquoi le député-maire de Dakar doit bénéficier d'une liberté provisoire.

Crédité proche d'Ousmane Tanor Dieng, Elimane Kane a publiquement pris la parole hier, pour parler de Khalifa Sall en détention depuis le 7 mars dernier. « Je suis de ceux qui pense que cet homme qui jouit de la présomption d'innocence, cet homme dont le parcours personnel et les états de service constituent une caution de responsabilité devrait pourvoir, conformément aux voeux et initiatives répétés de ses conseils, obtenir une liberté provisoire », a d'emblée, indiqué M. Kane, avant de remonter le temps pour plonger l'assistance dans la jeunesse de Khalifa Sall.

« Je l'ai connu il y a plus de 40 ans : il était élève au lycée Blaise Diagne et j'étais son professeur de philosophie. Il était déjà membre des jeunesses socialistes et moi, sans être d'aucun parti à l'époque, je critiquais certaines idées du président Senghor comme beaucoup d'intellectuels de ma génération.

Le respect et la considération qu'il avait pour son professeur en philosophie n'ont eu aucune incidence sur ses convictions politiques. La nature de nos liens depuis cette époque, repose sur ce sens du respect de la libération et de l'engagement de chacun et sur l'importance accordée à une valeur cardinale : la sincérité
», se remémore le professeur, qui poursuit son récit: « Ensemble au gouvernement de 1993 à 2000 ; ensemble au bureau politique du Parti socialiste, aujourd'hui encore conseiller culturel dans son cabinet à partir de 2014, je ne peux que croire à la sincérité de cet homme qui croit en l'Homme, qui croit à l'initiative, à la créativité, à la consultation citoyenne et la concertation pour construire le bien commun », renchérit l'ancien professeur du maire de Dakar.

Poursuivant, il ne manque pas de plaider la cause de son ancien élève. « L'action remarquable qu'il a menée à la tête de la ville de Dakar et dans de nombreuses institutions ayant pour vocation la gouvernance locale, valent bien que les citoyens sénégalais soient nombreux à soutenir cette demande de liberté provisoire. Et que cette demande soit entendue par les autorités judiciaires ayant en charge ce dossier », plaide Abdoulaye Elimane Kane.




Avec L'As

→ Lire l'article au complet sur Leral



Nous vous recommandons