Sommet de l'Otan : la capacité de concentration de Donald Trump inquiète

Sommet de l'Otan : la capacité de concentration de Donald Trump inquiète

Msn Le 2017-05-19  Source

Avant l'arrivée de Donald Trump au sommet de l'Otan, l'organisation a peur que le président américain ne tienne pas le rythme soutenu des discussions.

Panique à Bruxelles. A quelques jours de l'arrivée dans la capitale belge de Donald Trump, l'organisation du sommet de l'Otan a une crainte: que le président américain ne tienne pas le rythme soutenu des débats. Selon «Foreign Policiy», les chefs d'Etat ont donc reçu la consigne de limiter leurs interventions à «deux à quatre minutes». «C'est comme s'ils se préparaient à recevoir un enfant: quelqu'un avec une faible capacité d'attention, avec un caractère et qui n'a aucune connaissance sur l'Otan, aucun intérêt pour les questions de politique en profondeur, rien», a assuré une source au mensuel. Selon ce même indiscret haut placé, «les gens ont peur de l'imprédictibilité» de Trump, et craignent «qu'il dise tout ce qui lui passe par la tête -ou qu'il le twitte».

Aucune déclaration officielle ne sera rédigée à l'issue des débats, qui devraient tourner autour du partage des tâches au sein de l'alliance et dela lutte contre le terrorisme. Le secrétaire général de l'Otan,Jens Stoltenberg, a affirmé jeudi faire «confiance à tous les alliés», une déclaration attendue après les révélations sur Donald Trump, qui a partagé avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov des informations secrètes confiées par un pays allié.

La visite de Donald Trump à l'Otan est primordiale d'autant que, durant toute la campagne présidentielle, il n'a cessé de remettre en question l'alliance, qualifiée d'«obsolète».Des critiques qu'il avait maintenues en janvier dernier, à quelques jours d'arriver au pouvoir: «J'ai dit il y a longtemps que l'Otan avait des problèmes. En premier lieu qu'elle était obsolète parce qu'elle a été conçue il y a des années et des années [...] et parce qu'elle ne s'est pas occupée du terrorisme. [...] En deuxième lieu, les pays [membres] ne payent pas ce qu'ils devraient», avait-il assuré. Il aurait même présenté à Angela Merkel une addition salée rassemblant ce que l'Allemagne doit, à ses yeux, payer à l'Otan.Pour rassurer les partenaires européens, le vice-président Mike Pence et le ministre de la Défense James Mattis ont tous deux fait le déplacement à Bruxelles en l'espace de quelques semaines.

Les craintes quant à la capacité d'attention du président américain sont renforcées par les informations émanant de la Maison Blanche. Selon Reuters, Donald Trump ne serait pas friand des rapports de plus d'une page, de préférence accompagnés de «cartes, graphiques et photos». «Il aime visualiser les choses. Le type est un constructeur. Il a passé toute sa vie à regarder des plans d'architecture», a assuré un membre de l'administration à l'agence de presse. Les membres du Conseil de la sécurité nationale auraient donc ajusté leurs habitudes et trouvé quelques ruses, comme ajouter le nom du chef de l'Etat «dans autant de paragraphes que possible car il poursuit la lecture s'il est mentionné».

→ Lire l'article au complet sur Msn



Nous vous recommandons