Infrastructures : 60% des besoins de financement en Afrique mobilisés (Président Bad)

Infrastructures : 60% des besoins de financement en Afrique mobilisés (Président Bad)

Setal Le 2017-09-13  Source

Le président de la Banque africaine de développement (BAD) et du comité de direction d'Africa50, Akinwumi Adesina, a relevé, mardi à Dakar, que 60% des 135 milliards de dollars nécessaires au financement des infrastructures en Afrique ont été mobilisés en 2015.

Malheureusement, seuls 60% des quelque 130 milliards de dollars nécessaires au financement des infrastructures en Afrique ont été financés en 2015 (...), a-t-il dit.

Il s'exprimait lors de la cérémonie d'ouverture de la deuxième Assemblée générale des actionnaires d'Africa50,une institution de la Banque africaine de développement (BAD) spécialisée dans l'investissement dans les infrastructures.

Selon lui, le déficit en infrastructures est un obstacle à l'intégration régionale et contraint la capacité de l'Afrique à être compétitive .

A l'horizon 2025, sur la base d'un déficit annuel de financement estimé entre 30 et 40 milliards de dollars, il faudra pour financer l'infrastructure en Afrique trouver un équilibre entre le financement du développement et l'investissement institutionnel à long terme, a dit M.Adesina.

Le président de la BAD a félicité Africa50 qui, selon lui, a réussi à s'imposer comme une entité d'investissement crédible dans le secteur des infrastructures.

Africa 50 a déjà engagé plus de 800 millions de dollars mis à disposition par 33 pays actionnaires, a-t-il dit, annonçant l'arrivée de la Guinée et de la République démocratique du Congo (RDC) comme deux nouveaux membres actionnaires.

Selon le Directeur général d'Africa50, Alain Ebobissé, il est clair que le secteur privé a un rôle important à jouer pour résorber le déficit d'investissement dans le secteur des infrastructures.

Nous avons commencé à travailler de manière très active afin de mettre en oeuvre notre mandat de développement et d'investissement en infrastructures, a dit M.Ebobissé.

Nous avons bâti les fondations permettant à Africa 50 d'être opérationnel et nous travaillons sur beaucoup de projets pour différents pays, a-t-il assuré, remerciant le soutien du Sénégal à Africa50.

→ Lire l'article au complet sur Setal



Nous vous recommandons