Suivi-évaluation des politiques publiques : le Sénégal et le Congo sans commune mesure

En dépit d'une comparaison rapprochée faite par Seydou Guèye, entre le projet de société du président Congolais Denis Sassou Nguesso qu'est «la Nouvelle Espérance» et le «Plan Sénégal Emergent» de Macky Sall, force reste cependant de constater que les séquences temporelles de la mise en oeuvre des deux (2) programmes ne sont pas comparables. C'était lors d'une cérémonie de présentation d'un livre produit par le Sénégalais Cheikh Oumar Sylla à l'UCAD. En effet, si le Congo a pu sortir la tête de l'eau en quatorze (14) ans. C'est à dire entre 2002 et 2016, malgré une guerre civile qui a beaucoup contribué à son retard, cela ne saurait être le cas de notre pays. Parce que le PSE a été imposé par la France et mis en oeuvre sous fond d'hésitation en remplacement du programme «Yonou Yokkuté» il y'a juste deux (2) ans. D'après le film court métrage qui a été projeté, retraçant l'impact positif des politiques publiques que les populations Congolaises ont commencé à ressentir déjà, l'assistance avait l'impression que Seydou Guèye qui a préfacé le livre, voulait anticiper sur les «retombées» du PSE qui ne promet, en tout cas pour le moment aucune avancée considérable pour les Sénégalais. Il faut rappeler que dans tous les secteurs, le président Macky Sall a dû hériter d'acquis notoires de l'ancien régime qu'il a soit inauguré, soit continué. Il est tout aussi vrai que pour asseoir une bonne politique publique viable, il faut poser préalablement les jalons d'une démocratie sincère. Celle qui s'accommode avec le respect des droits humains pour pouvoir véritablement lutter contre les injustices sociales. Mais le constat est là, têtu car au moment où le porte-parole du gouvernement théorisait l'irréel, le processus électoral en cours au Sénégal était déjà achoppé par le quatrième (4ème) pôle des indépendants. Dans le même temps, l'organisation des élections par le ministre de l'Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo reste controversée, alors que des adversaires politiques sont mis en prison ou simplement persécutés.

Dakar7.com

→ Lire l'article au complet sur Dakar7



Nous vous recommandons