Le DG de l'ADM magnifie les résultats du PROGEP
Saly-Portudal (Mbour), 14 nov (APS) - Le Projet de gestion des eaux pluviales et d'adaptation aux changements climatiques (PROGEP) a permis de transformer "radicalement" l'image et la physionomie des villes situées dans sa zone d'intervention a affirmé, mardi à Saly-Portudal (Mbour), le directeur général de l'Agence de développement municipal (ADM), Cheikh Issa Sall.


Il a donné l'exemple de Guédiawaye, Pikine et autres villes qui étaient désertées par les populations comme Dalifort, Médina Gounass, Nietty Mbar et toute la banlieue dakaroise.

L'ADMtient, dans le cadre du renforcement des capacités des acteurs du PROGEP, la 4e session de ses formations sur le thème: "Gestion urbaine: Réglementation, normes et standards".

"Les résultats très positifs de ce projet ont aidé à faire de la planification urbaine dans les zones cibléesaccompagnées par un aménagement urbain avec des plans directeurs d'urbanisme, d'assainissement et autres qui sont la raison d'être de ce projet notamment au niveau de Diamniadio", a soutenu M.Sall.
Au niveau de Saint-Louis (nord), une localité confrontée à beaucoup de défis liés surtout à l'érosion côtière notamment dans la Langue de Barbarie qui est menacée de disparition, le PROGEP, avec les collectivités concernées, est en train de mettre en place des stratégies.

Elles permettront de faire face à tous les risques liés aux effets des changements climatiques, afin de mettre les populations dans des conditions de sécurité idoines.

Le PROGEP, d'un coût de 57 milliards de francs CFA, est financé par l'Etat du Sénégal, la Banque mondiale et le Fonds nordique de développement.

Il vise notamment à lutter contre les inondations dans la zone périurbaine de Dakar et intervient également à Diamniadio et Saint-Louis où il fallait réaliser des infrastructures de drainage pour les sortir des inondations.

"Dans l'évaluation, nous avons pensé que, pour lutter contre ces inondations, il ne s'agit pas, tout simplement, d'édifier des ouvrages, mais qu'il fallait de la planification et surtout former les acteurs territoriaux dans le cadre de la gestion des risques de catastrophe", a souligné M.Sall.

D'après le DG de l'ADM, les élus ont magnifié la tenue des précédentes sessions de formation qui leur ont permis de faire "un bond qualitatif extrêmement important" dans leur volonté de soulager les populations par rapport à la gestion des inondations, à l'entretien des ouvrages, à la mobilisation des ressources, entre autres.
"On a maintenant la certitude qu'il faut poursuivre dans ce sens, notamment dans le renforcement des capacités, de l'accompagnement permanent, du coaching territorial continu, pour permettre à nos élus d'avoir les capacités et les compétences requises pour mieux gérer l'espace public", a indiqué Cheikh Issa
Sall.
Démarré en 2013, le PROGEP a permis de réaliser des bassins, des canalisations, d'aménager des espaces de loisirs et des parcours sportifs pour les populations, mais aussi de renforcer les compétences et les capacités des acteurs territoriaux.

"On a soumis une autre requête de 37 milliards de francs CFA à nos partenaires pour nous permettre d'étendre le PROGEP dans d'autres collectivités locales du pays qui sont dans les mêmes situations de risque que la banlieue dakaroise, que Diamniadio et Saint-Louis", a signalé Cheikh Issa Sall.

→ Lire l'article au complet sur Aps



Nous vous recommandons

Sport

L'UEFA dévoile son équipe type du siècle

Setal