Cameroun : pas de trace des 34 militaires, après le naufrage du Mundemba

Jusqu'aux premières lueurs de l'aube, les secours étaient à pied d'oeuvre pour sonder les eaux au large de la presqu'île de Bakassi. Les opérations de ratissage devraient se poursuivre pour tenter de retrouver les trente-quatre membres d'équipage de la Brigade d'intervention rapide (BIR), portés disparus depuis le naufrage, ce dimanche 16 juillet, de leur bateau. Les circonstances de la disparition de ces soldats engagés, aussi bien dans la lutte contre Boko Haram que pour contrer la piraterie maritime, sont enveloppées d'un mystère qu'une commission d'enquête devrait lever.

Dimanche 16 juillet 2017 au large de Debunsha, dans le sud-ouest du Cameroun. Il est 5h du matin (GMT+1) lorsque le Mundemba, un navire logistique dela Brigade d'intervention rapide (BIR) quitte Douala avec ses 37 membres d'équipage, du matériel militaire et du ravitaillement en direction de la presqu'île de Bakassi où se trouve une base de l'armée camerounaise.

Naufrage en mer agitée

Entre 5h et 6h, par une mer agitée, le Mundemba lance un signal de détresse, mais chavire avant d'arriverà destination. Les premiers secours dépêchés sur place par avions et bateaux n'ont retrouvé que des traces de carburant qui ont permis de retrouver et secourir trois des 37 membres d'équipage. Vers 6h du matin, les sauveteurs ont perdu toute trace du navire qui a vraisemblablement été englouti par les eaux.

Pour l'heure, difficile de donner des explications sur les causes de ce naufrage. Mais si l'on s'en tient au communiqué officiel diffusé tard dans la nuit, le ministère de la Défense « es circonstances du drame ne sont pas encore élucidées, mais les premières informations font état d'une mer qui s'est brusquement agitée». Aucune autre information n'est fournie sur les circonstances, même si une cellule de crise a été mise en place.

Plusieurs interrogations pour la commission d'enquête

Et pourtant, plusieurs interrogations fusent après le drame : s'agirait-il d'une attaque pirate contre cette brigade qui a contribué à réduire les prises d'otages et les actes de piraterie dans cette extension de la péninsule de Calabar située dans le Golfe de Guinéé Le naufrage serait-il un incident qui consacre la résurgence du différend frontalier autour de cette presqu'île de Bakassi, une zone pétrolifère et minière rétrocédée au Cameroun en 2012, après un conflit frontalier d'un quart de siècle avec le Nigérià Autre interrogation, s'agirait-il d'une attaque terroriste contre la BIR, engagée en première ligne dans la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram qui sévit dans l'Extrême-Nord du Cameroun, à la frontière avec la Nigérià

Ces questions ainsi que les doutes qui les accompagnent devront être dissipés par la commission d'enquête mise en place par les autorités. D'ailleurs, les opérations de ratissage de la zone se sont poursuivies jusqu'à ce lundi 17 juillet. La presse locale fait état de six corps de militaires repêchés des eaux. Toute la question maintenant est de savoir ce qu'il est advenu des autres membres d'équipage portés disparus.

→ Lire l'article au complet sur Latribune



Nous vous recommandons