Après le Bac, le BFEM, les élections, l'AG de la Fsf sent la fraude

L'Assemblée générale de la Fédération sénégalaise de football (Fsf) de ce samedi qui va débuter dans quelques heures sera celle de tous les dangers. Comme c'est en passe de devenir une mode au Sénégal, après le Bac, le BFEM et les élections, cette AG a aussi des relents de fraude. Du moins, d'après les deux (2) candidats Mbaye Diouf Dia et Louis Lamotte.

Un focus sur les enjeux de cette assemblée générale qui pourrait être un tournant du football sénégalais qui bat de l'aile depuis plusieurs années.

Augustin Senghor: le mandat de trop?

Après huit (8) ans à la tête de la fédération sénégalaise de football, Augustin Senghor veut briguer un troisième mandat et hormis les résultats qu'il se targue d'avoir obtenu avec les différentes sélections nationales et la stabilité du secteur, il envisage «Horzon 2021» avec un document de quatre (4) pages où il parle de vision en marche du redressement à l'affirmation. Suspecté de fraude avec une menace de boycott de l'assemblée générale, le président de Gorée dégage en touche et assène:«mes accusateurs méconnaissent le processus électoral et le mode de votation. Ils sont en train d'inventer une histoire cousue de fil blanc. Nous avons pris toutes les dispositions au niveau sécuritaire, une des raisons pour lesquelles nous avons choisi le King Fahd, c'est la sécurité. Nous avons saisi qui de droit. Depuis 2009, il y a des élections très disputées et il n' y a jamais eu d'incidents. Il ne se passera rien»,a-t-il dit sereinement.

Mbaye Diouf Dia: le candidat de la continuité?

Membre du comité exécutif chargé des petites catégories de la Fsf, Mbaye Diouf Dia est un homme du sérail. Même s'il ne renie pas le travail abattu par l'équipe fédérale depuis 2009, il estime même qu'il pourrait noter cette dernière entre 7/10 ou 16/20, ce qui veut dire une moyenne acceptable.

«Il faut aller chercher les 20 ou 25% manquants. Pour franchir un palier, il faut du sang neuf à la tête»,dit-il. Cependant, il a «flairé» des cas de fraude, une différence de cinquante (50) voix, lors du vote du président du football amateur et menace de bloquer l'assemblée générale, ainsi que son autre adversaire, Louis Lamotte.

Louis Lamotte: un retour, pour quoi faire ?

«Je ne me présente pas parce que cela n'a pas marché sous Augustin Senghor. Je suis candidat parce que c'est l'ordonnance institutionnelle qui veut qu'il ait après 4 ans, un renouvellement ou une tentative de renouvellement»,avance le membre du comité exécutif depuis 1998 et collaborateur du président sortant.

Ce retour est sujet à de nombreuses questions, mais Louis Lamotte estime que le président sortant a bénéficié d'un cadre favorable durant huit (8) ans et a fait ce qu'il a pu.«On peut l'apprécier différemmentet objectivement, je pense qu'à la sortie de la normalisation, on avait tous les atouts en mains pour avancer très vite. Je pense qu'on n'a pas avancé au rythme que nous avions souhaité»,analyse -t-il. Il ajoute qu'il va sortir du gouffre financier auquel les clubs se sont empêtrés et qu'une fois élu, il va leur attribuer 25% des revenus de la fédération sénégalaise de football.



Nous vous recommandons

Actualité

Désir d'universel

Enqueteplus