Abdoulaye Diouf Sarr "il y a une mauvaise image et une mauvaise réputation qui sont collées au système public de santé"

Abdoulaye Diouf Sarr "il y a une mauvaise image et une mauvaise réputation qui sont collées au système public de santé"

Dakarmatin Le 2017-10-23  Source

Le ministre de la Santé et de l'Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, a invité vendredi à Ziguinchor (sud) les professionnels de la santé à être les "ambassadeurs du système public de santé", afin que soient levées toutes les équivoques liées au défaut de prise en charge dans les services d'accueil des malades et des urgences notamment.

"Nous ne savons pas si c'est avéré ou pas. Mais il y a une mauvaise image et une mauvaise réputation qui sont collées au système public de santé. Il appartient à tous les acteurs de démontrer le contraire ou d'éradiquer cette image", a dit M.Sarr.
Il effectue une "visite de travail et de prise de contact" avec les acteurs de la santé des régions de Ziguinchor, Sédhiou et Kolda (sud).
Lors d'une réunion d'évaluation de cette visite, Abdoulaye Diouf Sarr a insisté sur la nécessité pour "les acteurs de tous bords du système public de santé de se comporter comme de véritables ambassadeurs" de la politique de santé de l'Etat du Sénégal.
"Le système de santé est décrié (?) On ne sait pas si c'est à tort ou à raison. Mais il nous appartient, à nous tous, de tout faire pour une meilleure offre de soins aux usagers. Nous avons un système de santé (?) respecté en Afrique. Il ne faut pas qu'un acte posé par une ou deux personne ternisse l'image de tout ce système", a poursuivi M.Sarr.
Il réagissait aux soupçons de négligence d'une malade, à l'hôpital de Pikine (ouest), à Dakar, la capitale sénégalaise, un sujet qui défraiela chronique depuis plusieurs jours.
Selon des informations parues dans la presse sénégalaise, Aicha Diallo serait victime de la négligence d'agents de cet établissement public de santé, qui auraient exigé de ses parents le versement des frais de prise en charge avant de la soigner.
Les médecins-chefs des régions de Kolda, Sédhiou et Ziguinchor, les directeurs des établissements publics de santé et les syndicalistes ont présenté au nouveau ministre de la Santé et de l'Action sociale une panoplie de doléances.
Le défaut d'équipements, l'absence de logistique, la faiblesse des budgets, le non-paiement des factures liées à la gratuité des soins chez les enfants, le retard de paiement de certaines primes et le retard du décaissement des fonds de dotation font partie de ces doléances.
Le défaut d'entretien des hôpitaux et l'absence de certaines spécialités médicales dans ces établissements de santé ont été évoqués par les intervenants à la réunion d'évaluation de la visite d'Abdoulaye Diouf Sarr dans les régions du sud.
"J'ai entendu toutes les doléances. Nous allons ensemble travailler sur une feuille de route, pour leur trouver des solutions. Nous allons faire un suivi régulier de l'ensemble des décisions qui seront prises, le but étant d'améliorer l'offre de soins au Sénégal", a assuré M.Sarr.
Accompagné d'une bonne partie de ses collaborateurs et des autorités administratives locales, Abdoulaye Diouf Sarr a visité plusieurs établissements de santé, dont l'hôpital régional de Ziguinchor, l'Hôpital de la Paix, le centre psychiatrique Emile-Badiane et le service régional de l'Action sociale

→ Lire l'article au complet sur Dakarmatin



Nous vous recommandons